Sonde de température

Sommaire

Indispensable au fonctionnement d'une chaudière, la sonde de température est également la possibilité pour l'utilisateur d'en vérifier les performances. Jadis couplée uniquement à un thermomètre de contrôle, la sonde de température fait désormais partie de la régulation sur les chaudières modernes afin d'adapter la température de l'eau au départ de la chaudière. On vous en parle dans cet article !

Sonde de température : son fonctionnement

Il existe à l'heure actuelle deux types de sondes de température : si les plus basiques sont mécaniques, de nos jours, on confectionne plutôt des sondes électriques.

Les sondes de température mécaniques

La sonde mécanique est composée d'un bilame, conçu comme un assemblage en deux couches de deux fines lames de deux métaux aux coefficients de dilatation différents, immergé dans le liquide dont on veut suivre l'évolution de la température.

Lorsque la température varie, le métal le plus sensible se dilate davantage que l'autre, ce qui implique que le bilame se tord sur lui-même ou se déplie comme un ressort d'horlogerie.

Il suffit qu'une aiguille soit montée sur ce bilame pour qu'en suivant la torsion du bilame, elle indique le sens et la valeur de la déformation. L'aiguille évoluant sur un fond de cadran gradué, on peut lire la valeur de la température mesurée.

À noter : la sonde mécanique par bilame n'a besoin d'aucune alimentation électrique pour fonctionner.

Les sondes de température électriques

La sonde électrique est quant à elle confectionnée en une seule tige de métal dont la résistance électrique varie en fonction de la température.

Au fur et à mesure que la température du métal augmente sa résistance, la température diminue au passage d'un courant électrique, en raison de la dilatation interne de ses molécules. Il suffit de mesurer la valeur de la résistance électrique pour obtenir l'indication de la température à laquelle la tige de métal est soumise. Bien évidemment, pour qu'une résistance électrique soit mesurée, il faut que la sonde soit alimentée en courant électrique.

Dans les appareils de mesure de la température les plus simples et n'ayant pas besoin d'alimentation électrique pour fonctionner, on utilise plutôt des sondes à bilame mécanique (petits thermomètres adhésifs par exemple) tandis que pour les chaudières qui ont besoin d'un courant électrique pour leur fonctionnement, on utilise plutôt des sondes électriques.

Bon à savoir : une sonde mécanique ne donne qu'une indication à lire sur un cadran alors qu'une sonde électrique peut transmettre en permanence sa valeur à un équipement électrique de mesure. C'est le principe du thermostat qui reçoit en permanence l'indication de température émise par la sonde.

Les applications pour les sondes de température

Dès lors que l'on a besoin de connaître la température régnant dans un milieu, il faut y placer une sonde. Le type de sonde va dépendre de la nature du milieu et de l'utilisation des données recueillies par la sonde. À partir du moment où la sonde n'est pas qu'un simple thermomètre à lecture directe, il s'agit alors d'une sonde électrique qui peut être plongeante ou aérienne, à l'extérieur ou à l'intérieur.

La sonde plongeante

Le capteur de la sonde est plongé dans le liquide dont on veut connaître la température, notamment en automobile avec une sonde qui renseigne le conducteur mais aussi le calculateur du moteur sur la température du liquide de refroidissement donc du moteur.

En usage domestique, la sonde plongeante s'utilise aussi bien en chauffage afin de réguler la température de départ et de retour d'un réseau de chauffage (chauffage central, plancher chauffant...) qu'en fourniture d'ECS (ballon d'eau chaude, chauffe-eau, ballon thermodynamique...).

La sonde aérienne

Ici, le capteur de la sonde est aérien, c'est-à-dire qu'il baigne dans l'air. Le capteur pour sonde aérienne s'utilise en chauffage comme :

  • sonde intérieure sur un thermostat d'ambiance, un thermostat programmable ou un thermostat connecté qui module le départ ou l'arrêt d'un équipement (chauffage ou climatisation) et le niveau de chaleur (ou de froid) à produire en fonction de sa programmation par rapport à une température souhaitée dans des locaux que la sonde de température indique ;
  • sonde extérieure, notamment pour certaines chaudières à condensation qui nécessitent une mesure de la température extérieure pour moduler le mode de fonctionnement du condenseur et/ou de la ventouse, mais aussi en tant que palpeur de température extérieure d'un système de régulation qui programme la température d'eau de départ chauffage en fonction de la température extérieure.

Bon à savoir : si une sonde raccordée à un indicateur permet de lire la mesure de température, la plupart des sondes sont désormais intégrées soit au dispositif de production (chauffage, thermostat, climatisation réversible...) soit à la télécommande qui actionne ce dispositif. En ce cas, la localisation de la télécommande dans la pièce (hauteur par rapport au sol, proximité d'une ouverture...) influe sur les données de température mesuré ; d'où l'intérêt de savoir où placer un thermostat.

Ces pros peuvent vous aider